La nature est extraordinaire.
Apprenons à mieux la connaître...


Accueil

Environnement

Petites annonces

Bourse d'échanges

Galerie photos

Outils

Webmasters

>>> S'inscrire

>>> Se connecter

Boutiques en ligne, catalogues... Catalogues, Achats Forum (interroger, trouver, partager l'information...) F O R U M Annuaire de sites web Annuaire Web Toute la météo (pays, cartes, précipitations, températures...) Météo

English español Italiano deutsch Português  

Offres et demandes d'emplois Jardinature

 


Votre agenda expositions, conférences, cours, stages, jardins, plantes, art floral, marches, randonnées, vélo, VTT, vacances nature...

Ajouter un événement à l'agenda

 


Actualité

Calendrier du jardin

Jardiner avec la lune

Calendrier des semis

Calendrier des tailles

Dossiers

Marche et rando

Rusticité

A visiter

 


Ma planète

Jrnées sans voiture

Vagues de chaleur

Vos découvertes

Vos jardins

Vos passions

Vos réalisations

Vos trucs et astuces

 


Galerie photos

Fonds d'écran

Web TV

 

Reportages photos : expositions, parcs et jardins


Expositions

Parcs et jardins

 

Poèmes nature


Poèmes nature

Autres poèmes

 

La bibliothèque Jardinature : des livres sur le jardin, la nature, les balades...


L I B R A I R I E

Sélection de livres

Coin lecture (forum)

Achats livres et CD

 


Printemps

Automne

Noël

Nouvel an

Vacances nature

 


Concours actuel

Concours précédents

Jeux/divertissements

GSM/Smartphone

 

 

Dossiers Jardinature

 

 

Les bambous

par Léa

 

 


Généralités

La plupart des bambous nous viennent d’Asie. Là-bas, ils font partie intégrante de la vie quotidienne. Les bambouseraies sont omniprésentes dans le paysage naturel des pays asiatiques.

L’utilisation du bambou va de la plantation des plantes dans les jardins, forêts etc, à la fabrication d’ustensiles et d’objets toutes sortes ainsi que pour l’alimentaire.

L’Europe voit le nombre croissant d’amateurs de bambous augmenter d’année en année. L’offre des variétés est immense ; les jardins publics, les jardins botaniques ont tous leur bambouseraie, alors pourquoi pas le particulier.

La multiplication des importations de bambous de Chine, Japon, Corée et autres pays asiatiques, permet d’avoir un choix de plus en plus en grand. Surtout que des variétés, adaptées à notre climat plus froid, viennent depuis quelques années sur le marché européen, de quoi satisfaire nos jardins et nos envies.

L’intensification des échanges entre les collectionneurs de différents pays, que se soit à titre particulier ou professionnel ou dans le cadre d’association, a fait favoriser la diffusion des connaissances sur la culture du bambou (soin- entretien).

Que se soit en bac, en pot, sur une terrasse, dans un jardin, un parc, il y a des variétés pour tous les goûts, tous les climats.

De nombreux livres ont paru, permettant ainsi à tout à chacun de découvrir le monde du bambou ; grâce au net, des sites se sont ouverts pour nous faire découvrir le monde du bambou.

 

 

Voici quelques photos autour du bambou :

Pseudosasa Japonica


Phyllostachys aureo flexuosa


Pleioblastus chino variegata gracilis en bonsaï


Phyllostachys nigra

En Asie, la vie est inconcevable sans bambous. Il est partout, dans la chaleur des forêts tropicales, à la fraîcheur des montagnes, dans les plaines en altitude ou basse altitude, dans les jardins, dans les maisons, dans la culture, les arts, la religion, la vie quotidienne.

Dans l’antiquité, les habitants de Chine (Empire du Milieu) s’identifiaient au Bambou, considéré comme le symbole de la nature chinoise. Il matérialise la flexibilité, la constance, l’obstination.

Sa tige ploie dans la tempête mais ne se rompt pas.

Ses feuilles tremblent dans le vent, mais ne tombent pas.

Le bambou fléchit, c’est ainsi qu’il survit, qu’il s’impose.


Au Japon, le bambou fait référence à la qualité mentale : savoir composer et céder, pour sortir indemne des remous des épreuves de la vie.

L’Asie moderne n’a pas oublié que l’homme ne peut se concevoir sans la nature. Il doit se soumettre à ses lois pour survivre ; quand cette harmonie qui lie l’homme à la nature est comprise, il est facile de comprendre, que celui-ci qualifie le bambou, comme un frère, un compagnon, un ami.

Le bambou n’est pas le seul végétal à jouer un rôle essentiel dans la culture asiatique. Le pin, le saule, le prunier, le chrysanthème, le lotus sont eux aussi intégrés à la culture. Tous ont leur propre symbolique. Le bambou ayant lui une particularité vitale pour la société asiatique, car il fournit en plus des matériaux de construction, de l’alimentaire, la matière première pour des ustensiles de la vie quotidienne.

Quelques symboles du bambou :
- La modestie : sa tige est creuse et ses feuilles pendent.
- L’emblème de l’âge : il est toujours vert et ne change pas au cours des saisons.

Echafaudage en bambous en Inde


Allée bordée de bambous

- Nous retrouvons le bambou dans beaucoup de légendes et de contes asiatiques. http://fr.wikipedia.org/wiki/Kaguya-hime

- En Asie et notamment au Japon, le bambou est associé à de nombreuses cérémonies, la fête du bambou par exemple, la cérémonie du thé, car les accessoires sont en bambou.. Les décorations du Nouvel An comprennent le bambou, le prunier et le pin. En Chine, le bambou est associé à l’orchidée, au chrysanthème, et au prunier.

- Le bambou a un rôle considérable dans la calligraphie ; les pinceaux sont en bambou. Jadis le papier était fabriqué à partir de feuilles de bambous. Le bambou se retrouve dans beaucoup de dessins peints à l’encre de chine. Cela s’explique d’une part par la présence de cette plante dans le paysage asiatique, et d’autre part que le sujet de la nature est un motif d’inspiration très répandu.

Le bambou est systématiquement peint afin de faire référence à son symbolisme. Et bien entendu nous retrouvons le bambou dans la poésie asiatique (Au Japon des haïkus) qui est spécialisée dans le dépouillement de style et la représentation symbolique.

Le bambou est donc devenu incontournable dans l’art paysager, l’aménagement des parcs et des jardins. La conception d’un jardin est une forme d’expression artistique où le bambou va pouvoir vivre dans toute sa splendeur et son élégance.

Je ne rentrerai pas dans les détails de la conception d’un jardin chinois ou japonais, les règles fondamentales étant différentes de celles pour la création des jardins européens.

Le bambou symbolisant force, flexibilité, amitié, et vieillesse, trouve sa place désormais dans nos jardins.






 

Caractéristiques des bambous

 

 

Le bambou fait partie de la famille des poacées appelée plus communément « graminées ».

Plante à feuilles persistantes et pourtant au printemps lorsque les nouvelles feuilles apparaissent, la plupart des anciennes se détachent même celles restées vertes en hiver. C’est un renouvellement naturel.

Le bambou a une autre caractéristique : le diamètre de la jeune pousse (turion) est celle de la tige adulte. Ils ne développent pas l’épaisseur de leurs tiges comme un arbre ou un arbuste, mais développent le nombre de tiges.

Le bambou comprend :


- un rhizome (tige souterraine)
- une tige ou chaume (partie aérienne) qui comprend des nœuds et entrenoeuds en fonction de variétés, ceci afin de stabiliser la tige ou chaume.
- des branches ou rameaux qui poussent sur la tige (chaume) une fois sa croissance terminée
- des feuilles portées par les branches, jamais par la tige principale (chaume)


Vocabulaire


- chaume = tige principale
- traçant : se dit de rhizomes qui courent rapidement sous terre et émettent des chaumes de plus en plus loin de la souche (appellation botanique: développement monopodial = croissance à partir d’un bourgeon terminal)
- cespiteux : se dit de rhizomes qui émettent de nouveaux chaumes exclusivement prés de la souche , en touffe serrée (appellation botanique :développement sympodial = la racine principale arrête sa croissance et des bourgeons latéraux prennent la suite, et ainsi de suite)
- turion = jeune pousse sortant de terre sans branches ni feuilles
- pousse : 1er stade de développement d’un bourgeon avant qu’il ne donne un turion
- gaine : enveloppe végétale qui protége la jeune tige (turion) pendant toute sa croissance
- entrenoeud : partie du chaume ou de la branche entre deux noeuds

Le rhizome


Deux types de rhizomes pour deux types de bambous.

Le bambou cespiteux, qui pousse donc en touffe serrée, a un rhizome (appelé pachymorphe) court et épais.



Le bambou traçant a un rhizome (appelé leptomorphe) long et mince.

 


Le chaume


La tige ou chaume du bambou lui donne toute sa caractéristique exotique.
Les chaumes peuvent atteindre quelques dizaines de cm comme plusieurs mètres de hauteur.
Ils sont épais ou minces, au port droit ou penché mais toujours avec beaucoup de souplesse.
Les principales variétés ont des chaumes verts, mais il en existe des jaunes, bruns, noires, bicolores, striés…….etc.
Le chaume se compose de nœuds et d’entrenoeuds, qui stabilisent le chaume. Souvent réguliers, certaines espèces présentent des chaumes avec des entrenoeuds irréguliers.




Le chaume est la partie la plus importante du bambou, car c’est lui qui servira de matériau. La tige est creuse ; on l’appelle bois et pourtant ce n’est pas tout à fait le même que pour nos arbres et arbustes. Les fibres de cellulose qui composent le chaume, font à peu prés 1 cm de long ; pour le bois des arbres, elles font tout juste quelques millimètres.
Les fibres de cellulose du bambou contiennent de la lignine et de la silice, alors que le bois de nos arbres ne contient que de la lignine

encore des bambous !
Phyllostachys flexuosa

 

 

Croissance du chaume


Etant donné que la croissance du chaume est très rapide (quelques semaines), tous les éléments nécessaires à cette croissance sont emmagasinés dans le rhizome au cours de l’été et automne précédents.

Les turions sortent du sol à différentes périodes de l’année en fonction des espèces, le plus souvent entre mars et juillet ; tout dépend aussi du climat et des conditions de culture.

Comme il a été écrit plus haut, le diamètre du turion (pousse) est celui de la taille adulte du chaume. Les nœuds et entrenoeuds sont déjà dans le turion, celui se déploie comme une canne à pêche téléscopique. La gaine de chaume le protége pendant toute sa croissance, et a dans son enveloppe des éléments nutritifs qui l’aident à se développer.

Quand le chaume a fini de grandir, la gaine se fane car elle ne sert plus à rien. Les bourgeons de branches ont déjà commencé à se développer au niveau des nœuds. En fonction des espèces le développement des branches ne s’effectue pas de la même façon. C’est un repère important pour différencier les variétés.

La croissance du chaume est caractérisée par un phénomène particulier au bambou ; les nouveaux chaumes de l'année dépasseront systématiquement ceux de l'année précédente, exemple :
Année 1, le chaume fera 1m
Année 2, le nouveau chaume fera 2 m
Année 4, le nouveau chaume fera 4 m et ainsi de suite jusqu'à la taille effective de l'espèce, en fonction du climat et des conditions de culture

Branches - feuilles - fleurs

Les branches vont donc se développer à partir de bourgeons (yeux). En règle générale, une branche par œil , et 2 yeux par nœud. Les feuilles se forment sur ces branches ainsi que les prochains yeux pour la croissance de nouvelles branches l’année suivante.

Les feuilles du bambou restent vertes plus d’une année ; mais elles finissent par jaunir et tomber ; il y a donc un renouvellement naturel des feuilles. L’été, le bambou continue de faire des feuilles.

La forme, la taille et la couleur d’une feuille de bambou peuvent varier d’une variété à l’autre. C’est un critère de plus dans le choix de son bambou dans son jardin.

Les bambous fleurissent rarement. Pour certaines espèces, la floraison épuise tellement le bambou qu’il meure. Quelques fois le rhizome a conservé des réserves et développe des pousses fragiles mais qui reconstitueront les réserves du pied.

A une époque, il était coutume de dire que lorsqu’un bambou fleurit, toute la variété dans le monde fleurit en même temps. Il s’avère d’après de nouvelles études, que cela n’est pas systématique. La floraison des bambous possède encore des recoins inconnus et mystérieux pour les chercheurs.

Et voilà nous avons fait un petit tour dans le monde du bambou.
Maintenant que nous le connaissons mieux, cela sera plus facile pour le choisir, le planter, en prendre soin.





Graines de fleurs d'un de mes bambous : il a refait des feuilles cet été !

 

 

 

La plantation des bambous

 

 

Climat

Le bambou aime la chaleur et supporte le froid. Les variétés de bambous de zone tempérée se sont adaptées à notre climat. Il suffit de vérifier quelle température négative il peu supporter.

Epoque de plantation
Dans les régions à hiver froid, rude, il est conseillé de ne pas planter tard dans l’automne. Début septembre ou printemps sont recommandés.

Dans les régions à hivers doux, et été chauds secs, il est préférable de planter en automne même en hiver, car le sol est suffisamment humide pour une bonne reprise au printemps. Cela ne dispensera pas l’arrosage au printemps et été suivant.

Dans les régions intermédiaires, la plantation peut intervenir entre février et l’automne.

Sol
Il se plait dans la plus part des sols, à terre normale, même calcaire et acide sans excès.
Le bambou préfère un sol bien drainé qu’un sol lourd. Toutefois en le plantant il est possible de faciliter un bon démarrage en mettant de la tourbe et du sable en sol lourd, et de la terre végétale et de la tourbe en sol sableux.
Dans un sol glaiseux, les rhizomes pourrissent ; il faut donc recréer dans un bon trou de plantation, la condition optimum de culture.

Eau

Le bambou aime l’eau mais pas les terrains marécageux, ni les terres trop humides. Les rhizomes ont besoin de respirer. Il pourra supporter un terrain inondé pendant une quinzaine jours et en fonction des variétés.

Le bambou n’aime pas l’eau salée à ses pieds ni les embruns salés sur ses feuilles. Certaines espèces résistent mieux que d’autres.

Exposition

Les bambous aiment la chaleur, il faudra veiller à l’arrosage si en plein soleil. La plus part des bambous supportent aisément une situation mi- ombre. L’ombre est préférable dans le midi.

Arrosage

Les deux premières années suivant sa plantation, il appréciera d’être arrosé. Certaines variétés supportent mieux que d’autres une période de sécheresse. En sol poreux et sec, il faudra veiller à un arrosage régulier pour qu’il ne souffre pas d’un manque d’eau.

L’arrosage du bambou doit se faire en pluie fine, plusieurs fois afin que l’eau pénètre bien. Un arrosage abondant moins régulier provoquera un ruissellement et les rhizomes du bambou profiteront moins de l’eau.

Distance de plantation

Bambou nain : 1 pied /m2
Bambous petits : 1 pied tous les 4 m
Bambous moyens : 1 pied tous les 5 m
Bambous géants : 1 pied tous les 7 m

Il faudra adapter ces distances en fonction du type de bambou, cespiteux ou traçant.

Entretien

Au cours des deux premières années, l’entretien se limite : à l’arrosage, surveiller les limaces, protéger la souche l’hiver avec un tas de feuilles mortes, désherbage manuel.

A partir de la 3ème années, le bambou a besoin de profiter de la reconstitution des réserves du sol. C’est un gros gourmand.
- au printemps le bambou a besoin d’azote pour former ses jeunes chaumes puis les feuilles. Si vous disposez de compost, fumier ; de bonnes pelletées par pied de janvier à mars en fonction de la région.
- Si on n’a rien de tout ça : choisir un engrais gazon type « coup de fouet » 16.10.10. Trois applications à prévoir à 1.5 ou 2 mois d’intervalle le dernier en juin. Et en été, il faut nourrir les rhizomes pour améliorer leur croissance et la résistance de la plante, engrais type potasse/ phosphore sans trop d’azote, type 6.15.25 ou 6.15.30


La plantation en terre végétale normale


- Faire tremper la motte ou le conteneur 5 à 10 minutes dans une bassine d’eau
- Faire un bon trou, profond et large si bambou traçant ou demi traçant, plus large que profond pour un cespiteux, mais toujours plus grand que la taille du pot.
- Mettre dans le fond du trou, une bonne pelletée de fumier, compost ou, si rien de tout ça, une bonne pelletée de terreau « or brun »
- Recouvrir de terre végétale
- Placer la motte, le dessus au niveau du sol
- Reboucher avec terre végétale et arroser en pluie fine.

En cas de sol lourd, sol sec, caillouteux, il faudra creuser un trou un peu plus important pour redonner les conditions normales de culture au bambou. Un bon démarrage facilitera la reprise et sa croissance.

Plantation en pot ou jardinière

Les bambous généralement n’aiment pas être à l’étroit dans un bac, enfin leurs rhizomes.
Les bambous cespiteux sont plus appropriés à ce type de culture. En pot, un bambou a une croissance moins rapide

Le pot ou jardinière doit être adapté à la taille du bambou. Tous les deux ou trois ans, il devra être rempoté dans un pot plus grand. La terre sera systématiquement changée.

Un peu d’engrais ou de compost lui facilitera la vie. L’arrosage devra être surveillé et régulier en été même par printemps ou automne sec. L’hiver, les rhizomes d’un bambou en pot seront beaucoup plus sensibles au froid, par exemple un bambou peut résister à – 20°, le même en pot résistera à – 10 °. Il suffit de protéger le pot et la surface du pot puis de placer le bambou à l’abri des vents et courants d’air.


Chez Léa, bambou secoué sous la neige


Charlie dans les bambous




C'est lui qui a fleuri mais il est reparti, ouf ! Avec de bonnes pelletées de fumier au printemps dernier.

 

Source : archives personnelles, guide clause, livre Bambous de C.Recht, catalogue général de la bambouseraie de Pra France, Guide du bambou de la pépinière P., livre jardin japonais de 0.Nitschke.....

 

Témoignage

 

Envoyé par Ducorroy Jean-Pierre

Il faut faire attention où on met le bambou car un paysagiste que je connais a du aller chez un client (nouveau) et c'était au 3ème étage donc bitume, béton... Les racines de bambou avaient traversé le béton et donné des infiltrations chez les voisins. Un travail de titan les attendait ! Autrement, c'était beau et ils pouvaient découvrir toute la ville du toit. 

 

 

 

Vous souhaitez apporter votre contribution et améliorer ce dossier ?

Contactez-nous !

 

>> Retour à la page principale des dossiers

 

 

Ecrivez-nous vis notre formulaire de contact !


Recevez notre journal d'information

par e-mail

Inscription gratuite


Envoyez vos cartes !

Cliquez ici

 

 

Nos partenaires. Voulez-vous en faire partie ?

 


Bestofwebsites.net

 

Abri de jardin

 

Photographe animalier

 

 

Liens divers

 


Adresses simplifiées pour mettre dans vos favoris

Moteur de recherche : http://search.jardinature.net

 

Domaines : www.jardinature.be  www.jardinature.eu  www.jardinature.net  www.naturejardin.net

 

© 2000-2014 Jardinature

 

Qui sommes-nous ?    Journal d'information    Copyright et vie privée    Bannières et logos    Contact