>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

Lune et jardin

Météo

Potager facile

Jardin extraordinaire

 

 

Concours photo !

Abonnez-vous au journal d'information


Les oiseaux de nos jardins

Accueil

Dossiers & Articles

F O R U M

Petites annonces

Bourse d'échanges

Galerie photos

Webmasters


English español Italiano deutsch Português


 

  Accueil


Votre agenda expositions, conférences, cours, stages, jardins, plantes, art floral, marches, randonnées, vélo, VTT, vacances nature...

Ajouter un événement à l'agenda

 

  Conseils / Infos


Actualité

Calendrier du jardin

Jardiner avec la lune

Calendrier des semis

Calendrier des tailles

Dossiers & Articles

Marche et rando

Rusticité

A visiter

 

 

 

  Vos témoignages


Ma planète

Journées sans voiture

Vagues de chaleur

Vos découvertes

Vos jardins

Vos passions

Vos réalisations

Vos trucs et astuces

 

  Images/Photos/Vidéos


Galerie photos

Fonds d'écran

Web TV

 

  Reportages photos


Expositions

Parcs et jardins

 

  Poèmes nature


Poèmes nature

Autres poèmes

 

  Bibliothèque


Sélection de livres

Coin lecture (forum)

Achats livres et CD

 

  Saisons/Noël...


Printemps

Automne

Noël

Noël en Europe

Nouvel an

Vacances nature

 

  Concours / Jeux


Concours actuel

Concours précédents

Jeux/divertissements

 

 

 

Dossiers Jardinature

 

 

Les oiseaux de nos jardins

par Léa

 

 

Sommaire :

 

Introduction, Accenteur, Aigrette, Alouette, Bécasse, Bécassine, Bec, Bergeronnettes, Bouvreuil, Bruants, Canard colvert, Chardonneret élégant, Chouettes et Hiboux, Corneille noire, Coucou gris, Epervier d'Europe, Fauvettes, Foulque macroule, Geai des chênes, Grimpereau, Gros bec casse noyaux, Héron cendré, Hiboux, Hirondelle, Huppe fasciée, Merle noirMésange charbonnière

 

 

 

 

Canard colvert


C’est le canard le plus répandu dans le monde, aussi bien sur les mares de nos jardins, que les plans d’eau, les cours d’eau et toutes les zones humides. Les canards vivant le plus au nord migrent en hiver vers des régions plus clémentes. Dans les autres régions, il est sédentaire.
C’est l’ancêtre de tous les canards domestiques.

 

canard colvert

(photo Gérard)

 

Fait partie des « canards de surface », il s’adapte très bien à la transformation de l’environnement.

 

Pour l’observer, c’est facile, il suffit de s’approcher de sa mare ou de son étang, s’il y en a qui ont élu domicile et de leur lancer du pain, mettre du blé sur la berge. Dans les parcs publics, ils sont familiers et viennent à notre rencontre quémander un bout de pain.

 

Son alimentation est diversifiée : matières animales, végétales, graines.
Sa préférence va toutefois aux végétaux se trouvant dans l’eau ou à terre. Là, c’est une véritable tondeuse à gazon.

 

canards colvert

(photo Léa)

 

Il niche sous le couvert, dans un endroit abrité des prédateurs si possible, parfois dans un arbre creux, ou de beaux nichoirs que l’on peut mettre chez soi à sa disposition.

 

La ponte débute en mars, de 9 à 13 œufs naîtront des petits canetons. Ils pourront effectuer leur premier vol après 50 jours. La cane est une mère très attentive à ses petits.

 

Mâle : tout le monde le reconnaît... tête verte, corps gris, poitrine brun-pourpre
Bec : volumineux de couleur blanchâtre/jaunâtre.

 

Femelle : elle aussi nous la connaissons bien : brun moucheté.
Bec : couleur plus foncé.

 

canard colvert

(photo Léa)

 

 

Chardonneret élégant



Très joli passereau aux couleurs chatoyantes, rouge comme la cerise, noir comme l’ébène, jaune comme le citron. C’est un chanteur apprécié dans les jardins, car son chant est très mélodieux.

 

chardonneret élégant

Chardonneret élégant (photo Léa)

 

Comment l’observer

 

On peut espérer de le voir un peu partout. Toutefois il est méfiant, donc prudence pour l’observer, gardons les distances sous peine de le voir s’envoler. Souvent en groupe, il est facile de l’observer aux mangeoires.

 

Habitat

 

Il passe son temps dans les plaines ouvertes, les jardins, pourvu qu’il y ait quelques arbres, arbustes, buissons, pour se percher, construire son nid et abondance de graines. 
Il peut être soit sédentaire dans des régions aux hivers cléments, soit migrateur formant des vols en groupe vers le sud, dès les premiers froids.

 

Au menu

 

Son bec long, fin et robuste, lui permet d’attraper soit des graines fines, soit des plus grosses et résistantes. Au printemps, les graines de pissenlit sont pour lui un véritable régal.
Son bec particulier lui permet aussi de manger les graines de chardons.
Des graines, des graines et encore des graines, voilà ce qu’il préfère.
Les insectes seront préférés pour nourrir les jeunes oisillons.

 

chardonneret élégant

(photo Léa)

 

Son allure

 

Taille : plus petit que le pinson des arbres.
Adulte : couleur fauve, ventre blanc, face de la tête rouge, blanc et noir, de ce fait très reconnaissable, ailes jaunes et noires, queue noire.
Jeune : pas de rouge sur la face.
Bec : de couleur clair, étroit, long et effilé.
Chant : gazouillis en forme de trilles (battement rapide de deux notes qui se suivent).

 

Le temps des amours

 

Le nid est propre et construit profond, dans des branches de rosiers, de buissons, le plus souvent vers l’extérieur de la branche, donc soumis aux caprices du temps.
Les 4 à 6 oeufs éclosent après 11 jours de ponte. Les jeunes s’envolent après 13 jours. Les pontes peuvent aller eu nombre de 1 à 3 dans une même saison.

 

chardonneret élégant

(photo Léa)

 

 

Chouettes et Hiboux



chouette effraie

Chouette effraie (photo Zabette)

 

Les chouettes et les hiboux font partie des rapaces nocturnes ; ils vivent la nuit et dorment le jour, sauf parfois quand il y a des petits, ils peuvent les nourrir en journée.

 

La France est le seul pays à faire la distinction entre chouettes et hiboux. Bien qu’ils fassent partie de la même famille (rapaces nocturnes), nous distinguons deux espèces (les chouettes et les hiboux).

 

chouettes  hibou

Chouettes                                   Hibou

 

La chouette au fil du temps

 

Dans le monde antique, la chouette était le symbole de la sagesse et de la déesse Athéna, déesse des arts, de la sagesse, de la guerre, de l’intelligence...
Dans le monde romain, elle est associé aussi un symbole de mort, volant la nuit, c’est une messagère funeste.
Le Moyen Age fut une période terrible pour les chouettes, braves oiseaux nocturnes.
Elle représentait la rouerie et la tromperie. Elle était clouée sur les portes pour conjurer le mauvais sort.
Ce n’est qu’avec les temps modernes et en particulier au siècle des lumières, que la chouette put enfin voler en totale liberté grâce au développement de la connaissance, des sciences (enfin presque car au fin fond des campagnes, les croyances populaires persistaient encore). 
Aujourd’hui, elle a retrouvé son symbole de la sagesse, et n’est plus que la compagne des sorcières dans les livres d’enfants ou au cinéma. Dans de nombreuses croyances populaires, la chouette était considérée comme l’épouse du hibou.

 

chouette hulotte  chouette de Tengmlam

Chouette hulotte                         Chouette de Tengmlam

 

Le hibou au fil du temps

 

Selon les époques, les cultures, les pays, le hibou représentait tour à tour un symbole positif ou négatif. Il fut longtemps associé à la sorcellerie et à la magie.
Dans l’Egypte ancienne, le hibou est à la fois considéré comme le messager de la mort mais aussi comme le représentant de la sagesse et de la connaissance.
Aujourd’hui, il reste encore très associé au monde surnaturel, aux religions et à la magie.

 

Reconnaître une chouette d’un hibou.

 

Tout simplement, le hibou a des petites aigrettes (petites plumes) sur la tête, la chouette non.

 

hibou Petit Duc

Hibou Petit Duc (image Wikipédia)

 

Les espèces

 

En Europe, il existe 13 espèces de chouettes et hiboux confondus, en France, on en dénombre 9.


- Chouettes : chouette chevêchette, chouette effraie ou dame blanche, chouette commune ou chevêche (chouette d’Athéna), chouette hulotte, chouette de Tengmalm (la plus petite).

- Hiboux : petit-duc, moyen duc, grand-duc, hibou des marais.

 

hibou Moyen Duc

Hibou Moyen Duc (photo Wikipédia)

 

Habitat

 

Chouette chevêchette : forêt de conifères de zones montagneuses
Chouette effraie : zones découvertes avec des arbres à proximité, niches dans les bâtiments, arbres creux, falaises 
Chouette commune : près des terres cultivées, les vergers, les zones vallonnées, niche dans les arbres creux, les bâtiments, les fentes dans les rochers.
Chouette hulotte : la chouette des bois, des zones forestières, niche dans les arbres creux
Chouette de Tengmalm : dans les bois de conifères, clairières, lisières ouvertes, niche dans un trou d’arbre.

 

Hibou petit duc : préférence aux forêts, mais on peut le trouver dans les parcs, les jardins, autour des fermes
Hibou moyen-duc : Zone boisée
Hibou grand-duc : paysages sauvages, vallées encaissées, forêts, près des points d’eau, marais
Hibou des marais : landes, zones forestières ou boisées à proximité de zones humides ou marais

 

chouette chevêche

Chouette chevêche (photo Wikipédia)

 

Comment les observer

 

Soit en ayant la chance d’avoir un spécimen nichant près de chez soi, un vieux bâtiment de ferme par exemple, soit en repérant les sites de nidifications, soit les sites d’affût.
Quoiqu’il en soit, la prudence est recommandée afin de ne pas perturber la nichée ou simplement le hibou ou la chouette dans son environnement.

 

chouette chevêchette

Chouette chevêchette (image Wikipédia)

 

Description des chouettes et des hiboux

- Une grosse tête avec deux grands yeux, un bec court et crochu, un corps couvert de plumes duveteuses suivi d'une courte queue. Taille variable selon les espèces.
-Des gros yeux, placés sur le devant de la tête et presque immobile.
- Très bonne vision nocturne sauf dans le noir le plus complet.
- La tête peut tourner sur 270° (ou ¾).
- Pattes recouvertes de plumes avec des griffes acérées (serres) puissantes pour attraper les proies.
- Plumage de différentes couleurs en fonction des espèces.
- Le bord des plumes des ailes est en forme de dentelle, ceci fait un assourdissement du bruit des ailes battant l’air, afin de mieux se rapprocher d’une proie.
- L’ouïe, fabuleuse chez ces rapaces nocturnes ; beaucoup plus développée que la vue.

 

hibou Grand Duc

Hibou Grand Duc (photo Wikipédia)

 

Au menu

 

La chouette et le hibou chassent principalement de petits animaux, du lombric au rongeur, en passant par l’oisillon... les grenouilles... les insectes...
Nourriture préférée : les souris et campagnols.

 

chouette effraie, des clochers, dame blanche

Chouette effraie, des clochers, dame blanche

(photo Wikipédia)

 

Le temps des amours

 

Tous après le temps de la parade amoureuse, en fonction de leur espèce, bâtissent des nids, dans les creux des arbres, dans le grenier d’un bâtiment de ferme, dans le clocher d’une église, dans un creux de rocher d’une falaise, voir à même le sol pour le hibou des marais. Nid fait d’herbes sèches ou simplement tassé par le poids de l’oiseau.
En suivant l’espèce :
- le nombre d’œufs varie et en moyenne les petits naissent de 24 à 35 jours après la ponte. 
- les oisillons volent de 30 à 50 jours
- les petits sont dépendants de leurs parents pendant 1 à 3 mois.

 

Chouettes et hiboux sont des espèces fragiles par le changement de l’environnement et sont des espèces protégées.

 

hibou des marais

Hibou des marais (photo Wikipédia)

 

 

Corneille noire


corneille noire

 

La corneille n’a pas bonne réputation, à cause de sa couleur noire, son cri nasillard, son envie piller le nid du voisin... et pourtant, elle mérite notre attention. C’est un oiseau intelligent.
La corneille est douée d’une faculté d’adaptation formidable. Elle a très vite compris que l’environnement modifié par l’homme lui apportait de nouvelles sources de nourritures et de nouveaux lieux de nidification.

 

Habitat de la Corneille

 

Principalement à la campagne mais aussi dans les villes

 

Comment et où l’observer

 

Partout, en ville, dans la campagne, dans nos jardins même si elle n’est pas un oiseau des jardins, comme on l’entend. La corneille vient dans nos jardins pour une seule bonne raison, la nourriture. Méfiante, elle ne se laissera pas approcher.

 

Organisation sociale

 

La corneille vit en couple et en groupe.

 

corneille noire

 

Au menu

 

Oiseau omnivore (régime alimentaire à la fois de plantes que d’animaux)
Tout est bon qui tombe sous son bec.
Baies, fruits, graines, plantes, œufs, oisillons, capture d’oiseaux vivants, campagnols, souris, grenouilles, charognes, déchets...

 

Description de la corneille noire

 

Elle mesure de 44 à 51 cm de long pour un poids de 540 à 680 g. 
Son envergure est de 94 à 109 cm.
Elle possède une robe noire brillante, des pattes noires avec le haut recouvert de plumes, un bec gris foncé à noir, puissant et effilé.
Le vol est puissant, lent, les extrémités des plumes des ailes écartées comme les doigts d’une main.

 

corneille noire

(photo Wikipédia)

 

Le temps des amours dure longtemps.

 

La corneille est fidèle pour la vie à son partenaire.
La parade amoureuse, parfois en automne est surtout faite lors de la constitution du couple, croassements, démonstrations aériennes...
La construction du nid débute vers mars ; il est placé tout en haut d’un arbre.
Sa forme particulière est très reconnaissable. Les 3 à 6 œufs écloront après18 jours de couvaison. Les oisillons sont d’abord nourris par le mâle puis par les deux parents. Pendant cette période, ils seront très discrets, pour ne pas attirer les prédateurs.

 

nid de corneille

Nid de corneille (photo Zabette)

 

oeufs de corneille

Oeufs de corneille (photo zabette)

 

 

Coucou gris


coucou gris

(photo Wikipédia)

 

C’est un oiseau migrateur qui revenant au mois de mars sous nos contrées, se met à chanter « coucou...coucou », d’où le dicton quand on entend le coucou, le printemps est là.

 

Et qui n’a pas chanté dans sa lointaine enfance : 
Dans la forêt lointaine, on entend le coucou
Du haut de son grand chêne, il répond au hibou
« coucou...coucou » on entend le coucou !

 

Habitat

Rare dans nos jardins, mais on peut l’entendre chanter au loin dans les bois proche de chez soi, dans les forêts, en campagne, landes ou terres cultivées.

 

Comment et où l’observer

 

Très difficile car c’est un oiseau discret et farouche.

 

coucou gris

 

Au menu

 

Insectes, larves, chenilles, libellules... et parfois œufs et oisillons.

 

Description

 

Taille : plus petit que le faucon crécerelle
Adulte : tête et dessus gris, dessous blanc barré de gris, longue queue, longues ailes qui pendent quand il est perché.
Jeune : plumage brun roux, dos barré, tache blanche sur la nuque.
Le bec est de couleur jaune.
Vol : ressemble à celui du faucon, rapide et droit, battements d’ailes de faible amplitude.

 

Cris

 

« coucou...coucou » pour le mâle.
un genre de « glouglou...glouglou » pour la femelle.

 

Le temps des amours

 

Dès son retour, le coucou gris chante, chante. Et au mois d’avril, Madame coucou gris répond à son appel. Le couple est vite formé.

 

coucou gris

 

Le coucou gris ne construit pas de nid, il va utiliser ceux des autres passereaux nidifiant dans son environnement. Madame Coucou gris est attentive... l’ heure approche pour pondre, elle a repéré des nids... mais guette le moment opportun où les propriétaires ne sont pas là, pour y pondre. Maligne, elle gobe un œuf du nid avant de déposer le sien. Ainsi quand le couple légitime du nid en question, revient, il y a le même nombre d’œufs.
La femelle coucou gris peut déposer ainsi entre 12 à 25 œufs dans les nids squattés.
Quand le petit coucou gris naît, il rassemble toutes ses forces, en s’arqueboutant sur ses pattes, et pousse en dehors du nid tous les autres œufs. Ainsi il est tout seul à profiter de la nourriture des parents adoptifs et nourriciers. Au bout de 15 à 17 jours, il s’envole du nid mais peut rester encore dépendant de ses parents adoptifs. Il s’envolera ensuite pour le grand sud afin d’y passer l’hiver avant de revenir à son tour au prochain printemps, chanter « coucou...coucou...coucou ».

 

Et son cousin, le coucou geai, que l’on peut entendre ou apercevoir, à la belle saison, près de nos jardins dans le sud de la France.

 

coucou geai

Coucou geai

 

 

 

 

 

 

Sources :

 

- Wikipédia
- Oiseaux.net
- livres :
1. oiseaux du monde Collection L'oeil et Nature de chez Bordas
2. Guide Peterson des oiseaux de France et d'Europe 
3. Encyclopédie des sciences de la Nature de Larousse
4. Traité des Oiseaux du jardin de chez Rustica

 

 

 

Vous souhaitez apporter votre contribution et améliorer ce dossier ?

Contactez-nous !

 

>> Retour à la page principale des dossiers

 

 

Jardinature est géré bénévolement. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.


Ecrivez-nous vis notre formulaire de contact !


Recevez notre journal d'information

par e-mail

Inscription gratuite



 

 

 

Liens divers

 

 

 

 


 

 

Domaines : www.jardinature.be  www.jardinature.ch  www.jardinature.eu  www.jardinature.net

 

© 2000-2017 Jardinature

 

Qui sommes-nous ?    Journal d'information    Copyright et vie privée    Bannières et logos    Pépinières   Liens divers   Contact