>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

Lune et jardin

Météo

Potager facile

Jardin extraordinaire

 

 

Concours photo !

Abonnez-vous au journal d'information


Les oiseaux de nos jardins

Accueil

Dossiers & Articles

F O R U M

Petites annonces

Bourse d'échanges

Galerie photos

Webmasters


English español Italiano deutsch Português


 

  Accueil


Votre agenda expositions, conférences, cours, stages, jardins, plantes, art floral, marches, randonnées, vélo, VTT, vacances nature...

Ajouter un événement à l'agenda

 

  Conseils / Infos


Actualité

Calendrier du jardin

Jardiner avec la lune

Calendrier des semis

Calendrier des tailles

Dossiers & Articles

Marche et rando

Rusticité

A visiter

 

 

 

  Vos témoignages


Ma planète

Journées sans voiture

Vagues de chaleur

Vos découvertes

Vos jardins

Vos passions

Vos réalisations

Vos trucs et astuces

 

  Images/Photos/Vidéos


Galerie photos

Fonds d'écran

Web TV

 

  Reportages photos


Expositions

Parcs et jardins

 

  Poèmes nature


Poèmes nature

Autres poèmes

 

  Bibliothèque


Sélection de livres

Coin lecture (forum)

Achats livres et CD

 

  Saisons/Noël...


Printemps

Automne

Noël

Noël en Europe

Nouvel an

Vacances nature

 

  Concours / Jeux


Concours actuel

Concours précédents

Jeux/divertissements

 

 

 

Dossiers Jardinature

 

 

Les oiseaux de nos jardins

par Léa

 

 

Sommaire :

 

Introduction, Accenteur, Aigrette, Alouette, Bécasse, Bécassine, Bec, Bergeronnettes, Bouvreuil, Bruants, Canard colvert, Chardonneret élégant, Chouettes et Hiboux, Corneille noire, Coucou gris, Epervier d'Europe, Fauvettes, Foulque macroule, Geai des chênes, Grimpereau, Gros bec casse noyaux, Héron cendré, Hiboux, Hirondelle, Huppe fasciée, Merle noir, Mésange charbonnière

 

 

 

 

Merle noir


Cet oiseau est sans doute le plus fréquent de nos jardins.
En nombre croissant, les merles sont certainement les plus nombreux aussi, au vu des dernières statistiques des relevés de comptage des oiseaux des jardins.

Habillé d’une belle livrée noire, possédant un beau bec tout jaune, le merle noir est peu craintif tout en restant prudent.

 

Merle noir

Merle noir (photo Ditmoitout)

 

Habitat

Au départ, c’était un oiseau de la forêt et petit à petit, il s’est rapproché des habitations, colonisant tous les endroits où il peut se nourrir et nicher.

 

Comment et où l’observer

 

Partout, il est partout : en campagne, dans les forêts, dans les jardins, dans les parcs, dans les villes. Du moment que l’on ne l’approche pas de trop près et que l’on le laisse tranquille, on peut l’observer à loisir.
Il est possible de le voir toute l’année dans son jardin.
Quoique lui aussi s’envole vers des contrées plus clémentes en hiver.
Généralement, il migre de l’Est vers l’Ouest ou le sud de l’Europe.

Mâle et femelle sont très distinctifs, il est facile de les différencier.

 

Merlette

Merlette (photo Léa)

 

Chante beau merle, chante !

 

Le chant du mâle est un gazouillis non répétitif et mélodieux, flûté et assez grave, aux strophes plus ou moins longues mais souvent terminées par des sons moins purs et parfois un peu grinçants. Ce chant est réalisé depuis le haut des arbres, le toit des maisons ou tout autre perchoir dominant les environs.

 

Merle chanteur

Merle chanteur (photo Wikipédia "Malene Thyssen")

 

Sautille beau merle, sautille

 

Très particulière comme gestuelle. Le merle se déplace en sautillant sur le sol les deux pattes ensemble.

 

Nourriture

 

Vers de terre, baies, fruits, chenilles, petits mollusques, larves, insectes...
Il adore farfouiller au sol, soulever les feuilles et les rejeter de coté pour voir ce qu’il y a en dessous.

 

Merles

Merles (photo Léa)

 

Le temps des amours

 

Dès l’hiver fini, le merle se met à chanter afin de séduire une belle merlette.
Le nid sera fait de bric ou de broc, au centre d’un buisson, d’un rosier, d’une haie, d’un arbre touffu... Les 3 à 5 œufs éclosent au bout de 15 jours. Les petits commencent à voler au bout de 13 jours mais seront nourris par leurs parents pendant trois semaines.

Deux à trois pontes dans l’année n’est pas surprenant. 

 

 

Mésange charbonnière


Les mésanges sont pour la plupart des passereaux de la famille des Paridés. Ce sont de petits oiseaux actifs, au bec court, de forme assez trapue. Elles sont arboricoles, insectivores et granivores. Le mâle et la femelle sont semblables ; les jeunes ressemblent aux adultes.
Elles nichent dans des trous d'arbres, des creux de murs, mais utilisent souvent les nichoirs dans les jardins. Elles sont très sociables et fréquentent volontiers les mangeoires en hiver.
La mésange charbonnière est la plus grande des mésanges d'Europe et la plus commune de nos pays. Moins agile que les autres mésanges, elle passe beaucoup de temps par terre.

 

Merles

Mésange charbonnière (photo Gérard Lorriaux)

 

Habitat
Forestière, elle se plait à la campagne dans les forêts de feuillus de plaine, dans les parcs et les jardins. Elle a envahi également les espaces verts des villes.

 

Description
De la taille d’un moineau, mâle et femelle sont ressemblant.

 

Male et femelle : tête noire, joues blanches, dessous jaune
Le jeune est beaucoup plus clair que ses parents.
Le bec est fort et foncé.
Ventre, une barre centrale et verticale de plumes noires sépare les plumes de couleurs jaunes.
Chez le mâle, cette barre est beaucoup plus large que chez la femelle, seul signe de distinction entre les deux.

 

Comment et où l’observer
Le plus facile pour observer une mésange charbonnière est bien sûr, en hiver, à la mangeoire garnie de graines de tournesol.
La plus part du temps, on pourra l’observer toute l’année dans son habitat. Elle fréquente le plus souvent les ramures des arbres, les arbustes, les haies bocagères ou de nos jardins.
Familière, elle se laisse regarder à condition de rester discret.
Elle se déplace facilement au sol, en sautillant.
En dehors de la période de nidification, on peut la rencontrer un peu partout.
Au temps des amours, elle reviendra vers son habitat naturel ou des nichoirs installés dans son aire d’évolution.

 

Merles

Mésange charbonnière (photo Léa)

 

Alimentation
Menu varié en fonction des saisons : insectes, graines, invertébrés à condition qu’ils soient posés ; la mésange charbonnière ne chasse pas les insectes ailés.
Hôte bénéfique des jardins potagers, elle adore, les pucerons, les coléoptères, larves en tout genre, les araignées, les petits mollusques etc...

 

En hiver, elle a besoin de lipides ; elle continuera de dévorer les insectes... et autres qu’elle trouvera. Elle peut aussi se nourrir d’amandes des fruits à coques dures.

 

Merles

Mésange charbonnière (photo Gérard Lorriaux)

 

Le temps des amours
Espèce cavernicole, elle a besoin de trouver un « creux » abrité pour faire son nid.
Creux d’arbres, de murs, des boites aux lettres, des nichoirs fabriqués...
Dès le printemps, Monsieur repère l’endroit idéal, où le nid sera bien à l’abri.
Il part à la recherche de sa compagne, celle-ci peut-être la même que l’année précédente.
Ayant jeté son dévolu sur une jolie petite mésange charbonnière, il l’invite à venir visiter son nichoir, en tapotant du bec l’entrée de l’abri. Si celui-ci ne lui convient, la belle s’en va plus loin, et Monsieur est bien obligé d’en proposer une autre. La femelle continue de le regarder, de voleter... tout autour de lui. Alors Monsieur Mésange Charbonnière lui offre des petites proies, des insectes à déguster; ceci afin de lui prouver qu’il pourra assurer sa nourriture quand Madame couvera. A ce moment, la femelle se comporte comme un jeune oisillon, pour vérifier si Monsieur sera capable de nourrir lui aussi la nombreuse nichée. Tout est bien qui finit bien, Madame Mésange Charbonnière confirme son choix à l’élu, en venant passer la nuit même dans le nichoir choisir par eux deux.

 

Le nid sera fait de bric et de broc, tiges, radicelles et beaucoup de mousse. Le nid doit être douillet pour recevoir ses petits. Elle pondra de 3 à 18 œufs en avril ou en mai, en fonction du climat. Seule la femelle couvera, nourrit par le mâle et ce, pendant 14 jours.
Les petits se nourris par les deux parents pendant environ 18 jours, et ensuite s’envoleront.
Les parents ne font que cela de toute la journée, entre 30 à 70 becquées par jour.
A la sortie du nid, les jeunes suivent leurs parents pendant une semaine.
Ensuite ils suivront leur voie dans l’environnement immédiat ou plus loin.

 

Merles

Nourrissage de jeunes mésanges charbonnières (photo Marmotton)


 

 

 

Sources :

 

- Wikipédia
- Oiseaux.net
- livres :
1. oiseaux du monde Collection L'oeil et Nature de chez Bordas
2. Guide Peterson des oiseaux de France et d'Europe 
3. Encyclopédie des sciences de la Nature de Larousse
4. Traité des Oiseaux du jardin de chez Rustica

 

 

 

Vous souhaitez apporter votre contribution et améliorer ce dossier ?

Contactez-nous !

 

>> Retour à la page principale des dossiers

 

 

Jardinature est géré bénévolement. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.


Ecrivez-nous vis notre formulaire de contact !


Recevez notre journal d'information

par e-mail

Inscription gratuite



 

 

 

Liens divers

 

 

 

 


 

 

Domaines : www.jardinature.be  www.jardinature.ch  www.jardinature.eu  www.jardinature.net

 

© 2000-2018 Jardinature

 

Qui sommes-nous ?    Journal d'information    Copyright et vie privée    Bannières et logos    Pépinières   Liens divers   Contact