:emo3: Le système de notifications remplace les avertissements par email. Tout est réglable dans votre profil.
Vous pouvez charger facilement des images dans un message avec l'onglet "Fichiers joints" en dessous de la zone de message.
Cependant, nous vous encourageons à utiliser la Galerie Photos de façon à pouvoir retrouver vos photographies facilement.

Concours Bricolage au Jardin : Cliquez ici


Venez partager votre passion avec nous !

La biodiversité wallonne est en danger (BE)

Forum dédié à l'environnement et aux phénomènes liés

Modérateur : Equipe nature

Répondre
Avatar du membre
jardinature
Site Admin
Site Admin
Messages : 5140
Enregistré le : ven. 18 févr. 2005, 11:47
Localisation : Hainaut - Belgique

La biodiversité wallonne est en danger (BE)

Message par jardinature » mar. 23 janv. 2018, 21:05

BELGIQUE - La biodiversité wallonne est en danger !
Si le dernier rapport sur l'état de l'environnement wallon fait état d'un air plus sain, il déplore l'état préoccupant de la biodiversité.
L'état de la biodiversité wallonne est préoccupant. Selon le dernier rapport sur l'état de l'environnement wallon présenté mardi à Namur, son érosion est continue.
Selon les listes rouges établies pour différents groupes d'espèces, près d'un tiers des espèces animales et végétales étudiées sont menacées de disparition à l'échelle de la Wallonie et 9% ont d'ores et déjà disparu du territoire.

L'objectif européen de stopper le déclin de la biodiversité à l'horizon 2010 n'a donc pas été atteint et ceux de la stratégie de la biodiversité pour 2020 ne semblent pas plus à portée de main.
Les habitats sont effectivement dans un état défavorable, bien qu'une évaluation de la tendance ne soit pas possible en raison d'une disparité des données.
Les forêts wallonnes sont en tout cas en mauvaise santé et leur situation tend à s'empirer.
A l'heure actuelle, 40% des feuillus sont défoliés. Selon les normes européennes, au-delà de 25% on estime que cette perte des feuilles/épines est anormale.
En ce qui concerne l'état des sols wallons, il est également défavorable (carence en matière organique, pollution, imperméabilité, etc.), mais des signes d'amélioration sont visibles.
L'état de l'eau est un brin meilleur. Bien que les objectifs européens 2015 ne soient, ici non plus, pas atteints, on constate une amélioration progressive de la qualité des eaux wallonnes.
Plus de 40% des masses d'eau de surface sont en bon ou très bon état écologique (objectif: 51%), et c'est également le cas pour 61% des masses d'eau souterraine (objectif: 70%).
Les mesures prises, comme contrats de rivières, contrats de captage, etc., vont dans le bon sens, mais l'évolution de la qualité de l'eau reste tributaire tant de la météo que de la préservation des sols.

Enfin, la qualité de l'air en Région wallonne est plus réjouissante. On constate une baisse des émissions de nombreux polluants atmosphériques.
Facteurs structurels (évolution technologique) et conjoncturels (baisse de l'activité industrielle avec la crise économique) ont activement participé à cette amélioration, "les efforts structurels devront cependant être poursuivis si la Wallonie veut respecter les objectifs plus ambitieux qui se profilent à l'avenir", souligne le rapport.
Cela nécessitera une révision du Plan air-climat-énergie 2016-2022 et surtout un renforcement des mesures qu'il contient.

Pour ce qui concerne les causes, le secteur du transport reste le deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre.
Et ses émissions étaient en hausse sur la période 1990-2014. Globalement, Inter-environnement Wallonie (IEW) déplore que "la croissance de la demande de transport soit supérieur à celle de la population" et s'inquiète également des "énormes défis" que pose la croissance du secteur aérien.
"La consommation énergétique de ce sous-secteur a été multipliée par quatre entre 2000 et 2014", souligne notamment l'organisme. Il interpelle également sur "l'absence actuelle de plan d'action visant à rendre durables les transports en Wallonie".
Outre ce secteur et le point noir que représente l'état de la biodiversité, IEW alerte également sur l'artificialisation du territoire et sa fragmentation.
"L'explosion des surfaces résidentielles, mais aussi des superficies dédiées aux usages industriels et artisanaux, a abouti à une progression de près de 40% de l'artificialisation du sol en 30 ans, un rythme extrêmement préoccupant", souligne l'organisme.

"A travers ces trois secteurs, c'est in fine notre mode de développement qui est montré du doigt et doit être remis en cause", conclut Inter-Environnement Wallonie.
La Wallonie promeut la nature et le développement de la biodiversité dans les écoles.
Ce mardi, le ministre wallon de la Nature, René Collin, s'est déplacé à l'école communale de Solières à Huy.
L'homme politique a profité de sa présence pour annoncer les 141 écoles lauréates du second appel à projets "Ose le Vert, recrée ta cour".
Lancée il y a deux ans, "Ose le Vert, recrée ta cour" est une démarche qui s'inscrit dans le cadre du "Réseau Wallonie Nature", créé par René Collin en mai 2015, et qui a pour objectif de sensibiliser les communes, les écoles, les entreprises, les associations ainsi que les citoyens.
Si la nature est déjà bien présente et qu'elle est parfois protégée dans des zones particulières, cette opération a pour but de la ramener partout, pour tous, et surtout par tous.
"En 2016, un appel à projet 'Ose le Vert, recrée ta cour' a été lancé auprès des établissements scolaires. Cet appel à candidatures offre la possibilité aux écoles de créer un projet qui a pour objectif de favoriser le contact des élèves avec la nature mais également de leur permettre de jouer un rôle dans le développement de la biodiversité", a souligné le ministre wallon de la Nature.
"Sur les 490 écoles maternelles et/ou primaires wallonnes qui ont remis un dossier, 141 ont été sélectionnées et ont pu bénéficier d'une aide financière comprise entre 1.000 et 3.500 euros mais également d'un accompagnement personnalisé de la part des associations GoodPlanet et Natagora."
Et parmi les lauréats de l'an dernier, on retrouve l'école communale de Solières de Huy qui, grâce au soutien qu'elle a obtenu de la part des autorités compétentes, a pu mettre en place trois espaces extérieurs dédiés à la nature.
Le directeur de l'établissement, Nicolas Richel, est d'ailleurs très fier du résultat. "Ce projet a apporté à cette école de quoi construire un univers meilleur où cohabitent faune, flore et enfants, pour de nombreuses années encore."
Et c'est en guise de symbole de cette réussite que le ministre wallon de la Nature a signalé qu'un troisième appel à projets allait voir le jour à la fin de cette année 2018.
Il en a également profité pour annoncer les 141 nouveaux lauréats "Ose le Vert, recrée ta cour". La liste complète est consultable sur http://www.oselevert.be

Source : Belga

Répondre

Retourner vers « Environnement »