>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

Lune et jardin

Boutique plantes

Potager facile

Jardin extraordinaire

 

 

Concours photo

Abonnez-vous au journal d'information

 

Accueil

Dossiers & Articles

F O R U M

Petites annonces

Bourse d'échanges

Galerie photos

Webmasters

> Agenda > Calendrier du jardin > Les oiseaux > Ma planète > Jeux & Divertissements > Poèmes nature
> A visiter > Jardiner avec la lune > Actualité > Fonds d'écran > Concours du moment > Autres poèmes
> Expositions > Vos jardins > Marche & Rando > Web TV > Concours précédents > Bibliothèque
> Parcs & Jardins > Trucs & Astuces > Rusticité > Noël > Achats livres et CD
> Vacances nature > Printemps > Automne > Noël en Europe > Nouvel An

 

Dossiers & Articles Jardinature

 

 

Changement climatique : Quid pour nos jardins, la tolérance des plantes, l'utilisation de l'eau... ?

 

 

 

 

 

Toutes les plantes de nos jardins sont fortement dépendantes des conditions environnementales et en particulier des conditions climatiques. Le changement climatique actuel induit notamment par les activités humaines tend, selon les experts, à s’amplifier.

On peut déjà observer certains effets sur nos jardins.

 

Les ressources en eau

 

Si l’eau ne constitue pas globalement un problème en France et en Belgique, de longues périodes sans pluie peuvent toutefois avoir lieu, induisant souvent une qualité moindre des plantes dans le jardin et des récoltes plus faibles au potager.

Actuellement, des professionnels de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage travaillent à identifier les plantes qui peuvent tolérer de telles périodes de sécheresse, notamment pour des utilisations hors-sol telles les jardinières pour balcons et terrasses.

Il s’agit de voir quelles sont les plantes d'ornement qui restent esthétiques pendant le manque d’eau.

 

A contrario, des épisodes humides ont, comme conséquence, des sols détrempés, asphyxiants, qui conduisent à la mort des végétaux. Les plantes caduques seront mieux adaptées à ces situations, leur arrêt végétatif hivernal correspondant à ces périodes trop humides.

 

Des plantes affaiblies et sensibles aux parasites

 

Au-delà de l’effet direct du changement climatique sur la plante, effet le plus visible, les périodes de sécheresse conduisent aussi à l’affaiblissement des plantes. Des parasites ou maladies peuvent se développer sur les plantes fragilisées : champignons, chancres, insectes...

L'objectif des jardiniers d'aujourd'hui est donc d’avoir des plantes tolérantes et mieux adaptées à ces nouvelles situations d’alternances climatiques.

 

Avancement visible de la végétation

 

Le réchauffement climatique planétaire a pour effet immédiat l’avancement de la végétation et des floraisons.

Ce phénomène peut faire le bonheur du jardinier comme son malheur car ces croissances avancées exposent les parties végétales juvéniles aux gelées tardives pouvant anéantir une récolte prometteuse ou encore affecter l’esthétisme des végétaux ornementaux. Des solutions existes comme l’utilisation de végétaux à débourrement ou à floraisons tardives pour éviter les risques d’endommagement.

 

Ravageurs et maladies, quels changements ?

 

Avec ces changements climatiques, on peut observer une modification de la répartition des bioagresseurs.

Des ravageurs et des maladies se développent dans le nord et l’est de la France, alors qu’ils étaient surtout observés dans des zones plus chaudes (arc océanique, région méditerranéenne). Ces bioagresseurs profitent aussi de l’affaiblissement des végétaux statiques qui ne peuvent s’adapter rapidement.
Il y a notamment la noctuelle méditerranéenne Spodoptera littoralis, très polyphage qui sévit notamment sur les solanacées et les légumineuses. Les seuls espoirs, pour les jardiniers, sont de réaliser des traitements (des solutions de biocontrôle existent pour les jardiniers amateurs) en attendant que les équilibres trophiques permettent l’action de prédateurs et de parasitoïdes.

 

Evolution vers des variétés plus résistantes

 

Face aux nouveaux ravageurs et maladies, il est clair qu'il faut s'orienter vers des variétés résistantes.

Ces variétés concernent plus particulièrement le potager, pour lequel des solutions existent déjà.

En ornement, les sélections sont plus longues. Les professionnels s’attachent néanmoins à offrir des plantes mieux adaptées par sélection dans les variétés ou espèces existantes identifiées, ex : Coleonema pulchellum, Leucophyllum langmanae, Hypericum balearicum, Gomphostigma virgatum.

 

Du côté des professionnels

 

Face au changement climatique qui impacte les plantes du jardin et les populations de bioagresseurs, les professionnels de la filière horticole commencent à proposer des plantes qui répondent à ces nouvelles situations (variétés ou espèces tolérantes à la sécheresse, à certaines maladies, plantes associées à des champignons mycorhiziens, ex : Acer pseudoplatanus, Betula verrucosa, Cornus mas, Euonymus europeus, Lonicera xylosteum, Quercus petraea, Viburnum opulus).




 

 

 

 

>> Retour à la page principale des dossiers

 

 

 
English español Italiano deutsch Português

 

Jardinature est géré bénévolement. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.


Ecrivez-nous vis notre formulaire de contact !


Recevez notre journal d'information

par e-mail

Inscription gratuite



 

 

 

Liens divers

 

 

 

 

 


 

 

© 2000-2020 Jardinature

 

Qui sommes-nous ?    Journal d'information    Copyright et vie privée    Bannières et logos    Pépinières   Liens divers   Contact